cd
connexion perso

se souvenir de moi

Chartres (28), réunion le 09-10-2016

publié le 09-10-2016

Le débat porte sur l'emploi des jeunes.

L'apprentissage est décrit comme un tabou, dont personne ne veut parler, ni les parents ni l'Education nationale. Cette orientation scolaire est une solution par défaut pour les jeunes et est donc mal vécue par tout le monde.

Les BAC technologiques sont jugés trop thématiques, moins bien adaptés que les BAC professionnels. Il est ainsi relevé que le taux d'emploi des jeunes diplômés de cap est bon, très supérieur aux filières technologiques. Sans compter que l'Education nationale fait face à un sérieux problème d'effectifs, plus singulièrement dans les filières technologiques, ce qui ajoute aux difficultés des BAC non généralistes. Et l'orientation des jeunes à 14 ans est bien trop précoce : ils doivent avoir le droit de se tromper et de se réorienter...

Comment lutter contre l'éviction vers les diplômes plus faciles alors que les besoins sont dans des branches plus dures? Comment valoriser ces métiers?

Le diplôme ne suffit d'ailleurs pas. Il faut s'occuper de ce que deviennent les jeunes, les suivre après le diplômes, développer leur insertion par l'activité économique, par exemple dans la métallurgie, domaine d'avenir délaissé par les jeunes. La taille des entreprises est un critère de choix des jeunes: ils préfèrent les grandes entreprises qui leur apportent plus de possibilités et de sécurité. Or l'essentiel de l'emploi est en PME. Pourtant, les jeunes cherchent surtout des CDD pour préserver leur liberté.

Il faut aider les jeunes à être plus mobiles, en leur donnant un meilleur accès au permis de conduire, notamment. Pole emploi devrait ainsi offrir un crédit pour financer l'apprentissage de la conduite et l'obtention du permis, contre un remboursement dès que le jeune trouve un emploi. Il faudrait que l'Etat verse, via Pole Emploie, la différence entre les allocations et le salaire...ce à quoi il est objecté que cela reviendrait à subventionner l'emploi des chômeurs, les employeurs préférant alors les recruter...

Mais le débat cherche alors à donner une quelconque utilité à Pole Emploi, alors que l'agence est catastrophique en matière de placement dans l'emploi. Mieux vaut pour l'employeur s'adresser aux maisons de l'emploi ou même au Bon Coin pour recruter. Lorsqu'un employeur souhaite recruter et détaille le profil, il n'y a pratiquement jamais de réponse de Pole Emploi ou, pire, des propositions de candidats sans rapport avec le poste!

Que l'on ne soit pas surpris ensuite si, dans ces conditions, le travail est vécu comme une tyrannie par ces jeunes!

Le débat...

X L - 12/10/2016 13:21

Intéressant que le débat débute par l'éducation - sa filière professionnalisante - et se termine par Pôle-Emploi...

J'y vois une question très sérieuse : celle de la relation (aujourd'hui quasi-inexistante) entre le monde de l'éducation et celui du travail. Dit autrement, l'Ecole ne s'occupe pas assez d'insertion professionnelle - toutes filières confondues.

Peut-être faudrait-il aussi former nos enseignants à la question de l'emploi des jeunes...

C A - 15/10/2016 22:41

Effectivement, j'avais remarqué aussi cet enchaînement quasi-fatal on commence par parler de l'éducation et on termine par le rôle de Pôle Emploi.
Je voudrais simplement ajouter deux remarques: on parle d'accorder le droit à l'erreur en matière d'orientation à 14 ans. Mais en France on n'accorde pas le droit à l'erreur du tout contrairement aux Etats-Unis par exemple, quel que soit l'âge de la personne. Il faut lui donner vraiment la possibilité de se réorienter, de faire une seconde carrière: le monde et particulièrement l'économie changent de plus en plus vite. On ne peut demander à chacun d'être meilleur prévisionniste que les grands instituts. Je voudrais aussi pointer la grande différence entre les jeunes actuels et les générations qui les ont immédiatement précédés, à savoir leur préférence pour un CDD au lieu d'un CDI qui les angoisse car ils se sentent enfermés.C'est un renversement complet de perspective à prendre en compte. Quant à savoir si ce sera durable....